Déclaration de l‘ACBAP au groupe d’experts de la Société royale du Canada

0

Association canadienne des bibliothécaires académiques professionnels (ACBAP/CAPAL)[1]

Déclaration de l‘ACBAP au groupe d’experts de la Société royale du Canada

« L’état et l’avenir des bibliothèques et archives du Canada »

1er mars 2014

 

Nous désirons vous remercier pour la possibilité de participer à la révision de l’état et de l’avenir des bibliothèques et archives du Canada de la Société royale du Canada.  L’Association canadienne des bibliothécaires académiques professionnels (ACBAP/CAPAL) est une association nationale qui représente les intérêts des bibliothécaires académiques professionnels dans les domaines de l’éducation, les normes, les pratiques professionnelles, l’éthique et les principes fondamentaux.[2]  L’ACBAP se différencie des autres associations de bibliothécaires par son attention centrée sur le bibliothécaire professionnel en tant qu’individu et la discipline de la bibliothéconomie universitaire.[3]

En réponse à vos questions, les membres du comité consultatif de l’ACBAP ont révisé le mandat du groupe d’experts sur le site web (https://rsc-src.ca/fr/groupes-dexperts/src-rapports/L’état et l’avenir des bibliothèques et archives du Canada), de nombreux rapports soumis au groupe d’experts et certaines questions utilisées par les associations de bibliothèques. La tâche de réviser l’avenir des bibliothèques et archives du Canada, dans tous les secteurs et à tous les niveaux, est un projet intimidant et difficile, compte tenu de sa portée, sa complexité et sa diversité.

Le seul sujet qui n’a pas été mentionnée dans votre mandat est le rôle professionnel des bibliothécaires et des archivistes dans l’avenir des bibliothèques et des archives du Canada.  L’ACBAP considère cela comme une exigence fondamentale pour l’avenir, si cela a trait aux bibliothèques privées, publiques ou nationales.  Sans des bibliothécaires professionnels et des archivistes, il n’y a pas, à long terme, un avenir durable pour les bibliothèques et les archives du Canada et personne pour conduire, diriger et veiller à ce que les bonnes décisions soient prises selon les normes professionnelles, les principes fondamentaux, des lignes directrices éthiques et une expertise.  En l’absence de bibliothécaires professionnels et/ou d’archivistes ayant de solides connaissances pour diriger et guider les institutions à travers des périodes de transition, l’expérience a donné lieu à la destruction de plusieurs années de travail et la perte de précieuses collections.  La perte récente et le démantèlement des collections de recherche à la suite de la fermeture des bibliothèques du gouvernement fédéral est un exemple[4] ainsi que le déclin de Bibliothèque et Archives Canada (BAC) sur une période de temps résultant à la perte d’accès aux connaissances scientifiques, à la recherche et est de plus une menace au patrimoine culturel, social et politique du Canada.  Ces évènements concernent grandement les membres de l’ACBAP.[5]  L’ACBAP accorde une très grande valeur à la liberté d’information, la recherche et la création de connaissances pour faire respecter nos principes dans une société démocratique.  La dévaluation du milieu de travail ainsi que la déprofessionnalisation de la bibliothéconomie a été observée à tous les niveaux et tous les secteurs.

Nous sommes une organisation relativement jeune, fondée en 2012, pour répondre aux défis croissants auxquels les bibliothécaires académiques sont confrontés.[6]  Le catalyseur de cet effort a été la conférence intitulée : «Bibliothéconomie dans le domaine académique : une crise ou une opportunité» qui s’est tenue à l’Université de Toronto le 18 novembre 2011.[7]  La réponse des bibliothécaires a été accablante et le message était clair.  Les préoccupations des bibliothécaires académiques n’ont pas été prises en compte par les associations actuelles au Canada.  Un groupe de travail a été créé et a commencé à examiner le terrain et à explorer ce qui serait nécessaire pour créer une telle organisation.  Les discussions avec le groupe de travail se sont poursuivies jusqu’en 2012, pour progressivement se déployer et inclure d’autres participants à travers le Canada.[8]

Défis actuels confrontés par les bibliothécaires académiques

Les bibliothécaires académiques bâtissent, entretiennent et organisent les collections et les ressources, ils servent et soutiennent les niveaux avancés de l’apprentissage, la recherche et l’enseignement dans les milieux universitaires.  Afin de renforcer et de soutenir l’avenir des bibliothèques de recherche et d’enseignement universitaires, il est important pour les représentants des gouvernements, des universités et des établissements d’enseignement postsecondaire de respecter les droits, les rôles, l’autonomie et les principes fondamentaux professionnels des bibliothécaires.  Ce qui suit sont quelques-uns des défis les plus urgents que les bibliothécaires académiques sont présentement confrontés dans la dévaluation du milieu de travail et la déprofessionnalisation du rôle des bibliothécaires :

  • un manque général de compréhension portant sur les rôles et responsabilités des bibliothécaires académiques dans les communautés académiques
  • l’hiérarchisation institutionnelle des objectifs monétaires sur les valeurs et principes fondamentaux qui ont traditionnellement guidés, bâtis et organisés les bibliothèques académiques
  • l’adoption institutionnelle des dernières tendances sans une analyse suffisante, un examen et une critique qui se traduit par le démantèlement des services de base et des collections qui ne peuvent être reconstituées
  • l’emploi de la technologie comme raison pour ne pas considérer les valeurs traditionnelles de base et les principes sur lesquels la profession a été construit
  • les gestionnaires qui ne mettent pas les intérêts des institutions en premier plan de leur prise de décision
  • la suppression ou l’élimination des forums en milieu de travail où les opinions professionnelles critique, évalue et examine les meilleures normes, les options, parmi les changements rapides dans le domaine

Présentement, dans les institutions postsecondaires à travers le Canada les bibliothécaire académiques cherchent activement à maintenir :

  • le droit de participer à tous les niveaux à la gouvernance collégiale
  • le droit à la liberté académique du savoir et de la recherche[9]
  • le droit intellectuel de pouvoir critiquer ouvertement et d’exprimer leurs opinions professionnelles, même lorsque qu’ils s’opposent à des points de vue administratifs.
  • le droit de participer de façon significative à une restructuration académique

Éducation des bibliothécaires universitaires

Pour l’avenir des institutions universitaires, l’éducation et la formation des bibliothécaires académiques doivent être revues.  Afin de répondre aux futurs besoins des chercheurs et des communautés académiques, davantage de programmes spécialisés, des normes plus élevées d’excellence académique, des connaissances et des formations spécifiques sont nécessaires. Les gestionnaires des programmes d’études en bibliothéconomie et sciences de l’information ont mis l’accent sur l’accroissement des effectifs au détriment des programmes de renforcement pour soutenir notre profession.  Les priorités ont changé d’une éducation de qualité à des réalités budgétaires.

Bibliothèque et Archives Canada (BAC)

Les changements récents au BAC ont entraîné des changements paradigmatiques qui auront un impact nuisible sur les bibliothèques académiques à travers le Canada, plus particulièrement dans les grands établissements provinciaux.  Les membres de l’ACBAP considèrent les actions récentes relatives au BAC et au Programme national de développement des archives (PNDA) entrepris par le ministère du Patrimoine est en conflit avec leur responsabilité vis-à-vis les citoyens canadiens à valoriser, préserver et à maintenir le patrimoine documentaire de ce pays.  Ces actions et les conséquences à long terme privent les citoyens canadiens de leurs droits à l’accès libre et gratuit à l’information concernant leur patrimoine.  La législation actuelle qui protège le mandat du BAC comme une bibliothèque nationale et archives pour le Canada semble avoir fourni peu de protection en vertu de l’agenda politique du gouvernement actuel.  Ceci concerne les membres de l’ACBAP.

D’autres changements négatifs au BAC ont permis au Canada d’être sans une bibliographie, un dépôt et des archives nationales.  Une bibliothèque nationale et ses archives sont une expression de l’identité nationale et un dépôt du patrimoine national du Canada.  Pour continuer d’aller de l’avant l’ACBAP recommande ce qui suit :

  • Le chef bibliothécaire/ archiviste du BAC devrait être un bibliothécaire/archiviste professionnel expérimenté qui a eu une carrière en tant que bibliothécaire/archiviste
  • Le BAC doit être régi par un conseil d’administration indépendant qui comprend des bibliothécaires et des archivistes et qui soit tenu à distance de toute ingérence gouvernementale
  • La nouvelle législation doit être formulée de telle sorte que, en toutes circonstances, un dépôt national et ses archives sont bien protégés et non soumis aux priorités, aux agendas politiques ou idéologiques des partis politiques au pouvoir.
  • La législation qui régit le BAC doit se conformer à la Charte canadienne des droits et libertés et à la Constitution du Canada.

Le BAC a la responsabilité de :

  • fonctionner d’une manière transparente et de s’assurer que les activités et les projets du BAC soient bien connus à travers le pays, des citoyens et des professionnels dans divers domaines
  • s’assurer que les employés du BAC sont activement engagés dans des associations de bibliothèques et aussi d’avoir la liberté de discuter ouvertement des problèmes, de partager ses connaissances et ses préoccupations
  • s’assurer que les collections et le BAC soient gérés selon les valeurs fondamentales et l’éthique de la bibliothéconomie et des pratiques archivistiques et non pas par les priorités superficielles et monétaires qui changent avec les politiciens
  • travailler en étroite collaboration avec les associations au Canada, aux États-Unis et au niveau international
  • s’assurer que les objectifs à long terme soient maintenus
  • s’assurer que le BAC fonctionne selon la législation canadienne
  • s’assurer que le BAC est vraiment un dépôt national pour les Canadiens
  • s’assurer que le BAC n’est pas menacé par le changement d’idéologie politique
  • s’assurer que le BAC démontre le respect approprié du patrimoine canadien

Nous terminons cette soumission avec l’espoir que le rapport du groupe d’experts sera en mesure d’avoir un impact significatif sur les défis auxquels sont confrontés l’avenir des bibliothèques et des archives du Canada.  Même si l’ACBAP est encore à ses balbutiements, si l’occasion de contribuer davantage à cet effort se présente, n’hésitez pas à communiquer avec nous.

Membres du conseil consultatif de l’ACBAP, 28 février 2014.

Barc, Agatha. Victoria University in the University of Toronto.
Borie, Juliya. University of Toronto.
Fox, Douglas. Victoria University in the University of Toronto.
Giustini, Dean. University of British Columbia.
Hawrychuk, Shelley. University of Toronto Mississauga.
Jacobs, Leona. University of Lethbridge.
Kandiuk, Mary. York University.
Kumaran, Maha. University of Saskatchewan.
Pereyaslavska, Katya. University of Toronto.
Revitt, Eva. MacEwan University.
Sonne de Torrens, Harriet. University of Toronto Mississauga.
Spong, Stephen. York University.
Weiler, Mark. University of Western Ontario.

 

 


[1] Canadian Association of Professional Academic Librarians / L’Association canadienne des bibliothécaires académiques professionnels. Site Web: http://capalibrarians.org/ and http://fr.capalibrarians.org/.

[2] ACBAP, Mission, URL: http://fr.capalibrarians.org/mission-2/ Décembre 2012

[3] Academic librarians are academics, with a minimum of a Masters Degree in Information Studies or Library Science from an ALA accredited institution, often with additional, discipline specific masters, doctoral degrees or professional degrees, such as law, MBA, nursing, etc. Academic librarians are employed in educational or research institutes dedicated to high levels of teaching, learning and research.

[4] UT Librarians Blog, “Closure of Federal Libraries – Documents and Update on Closures” (Jan. 31, 2014) URL:http://utlibrarians.wordpress.com/2014/01/31/closure-of-federal-libraries-documents-and-update-on-closures/ Accédé le 28 février 2014.

[5] Pour une chronologie des événements, veuillez consulter le site web du ACBAP, http://capalibrarians.org/2014/01/time-line-the-closure-of-canadian-government-libraries-archives-and-research-collections/ Accédé le 25 février 2014.

[6] Penni Stewart, “Academic Librarians Are under Attack,” CAUT Bulletin56:10 (December 2009). URL: http://www.cautbulletin.ca/en_article.asp?articleid=2958 . Accédé le 27 octobre 2013.

[7] Diane Granfield, Mary Kandiuk, Harriet Sonne de Torrens, “Academic Librarianship: A Crisis or an Opportunity,” Partnership: the Canadian Journal of Library and Information Practice and Research, vol. 6, no. 2 (2011): 1-6. URL:https://journal.lib.uoguelph.ca/index.php/perj/article/view/1678/2239#.Um3CaBAQMR0

[8] CAPAL: The Formation of a Professional Organization for Canadian Academic Librarians,” Partnership: The Canadian Journal of Library Information Practice and Research vol. 8:2 (2013), URL:https://journal.lib.uoguelph.ca/index.php/perj/article/view/2800#.UwyyboWmVTw  Accédé le 25 février 2014.

[9] Jim Turk, CAUT, “Academic Freedom for Librarians: What is it, and why does it matter?” (August 25, 2010): 1-12, URL:www.library.mcgill.ca/mautlib/2010.08.25_McGill_Librarians.pdf  Accédé le 25 février 2014.

Voir cet article en: Anglais